Tchorski--------------------------------------
Tchorski
Les cloches d'Ottignies (1/3)

Il s’agit d’un documentaire sur les diverses cloches de l’entité d’Ottignies. Par son histoire mouvementée de petite bourgade rurale devenue une grande ville, Ottignies est intéressante parce qu’elle possède des exemples fort variés. Cette étude n’est pas complète (Céroux et Limelette sont manquants).

L'église Notre-Dame de Mousty

Un grand merci à monsieur Antoine Tannous pour son accueil au clocher.

C’est l’une des églises les plus anciennes de la province. Les fondations datent du XIIème siècle. Le clocher est une petite tour octogonale couverte d’ardoises. L’intérieur est exigu, mais tout est propre. Il y a 3 cloches. On y trouve deux Slegers classiques et jolies, puis une Andreas Van Den Gheyn. Cette dernière a une valeur certaine vu son état de conservation. Elle date de 1814. Les rinceaux sont très fins, d’un bel équilibre et artistiquement réussis.

Cloche Slegers 1
Figure Mariale.
Figure de Christ sur Croix.
Rinceaux de végétaux avec fruits de type framboises.
1814 - 1943 - 1951
MARIE-LOUISE EST MON NOM.
J'AI ETE DEDIEE A LA SAINTE VIERGE POUR APAISER LES TEMPETES ET CONSOLER LES AFFLIGES.
MON PARRAIN : JEAN D'AOUT
MA MARRAINE : LOUISE VANECKE-ZEBIERE
MOUSTY 2 SEPTEMBRE 1951.
FONDEUR : PETIT-FILS DES CAUSARD, G.SLEGERS, TELLIN

Cloche Slegers 2
Figure de Saint-Joseph.
Figure de Christ sur Croix.
Rinceaux de végétaux avec fruits de type framboises.
1814 - 1943 - 1951
JOSEPH-EMMANUEL EST MON NOM.
MONSIEUR L'ABBE A.SCHAUWERS ETANT CURE.
J'AI RETROUVE LA VIE POUR APPELER LES FIDELES AVEC HARMONIE.
MON PARRAIN : ANDRE ROMAIN.
MES MARRAINES : HELENE PILLOY-RODENGHIEN,
YVONNE CORDIER-DEBECKER
MOUSTY 2 SEPTEMBRE 1951.
FONDEUR : PETIT-FILS DES CAUSARD, G.SLEGERS, TELLIN

Cloche Andreas Vanden Gheyn
Figure de Vierge à l'Enfant.
Rinceau légèrement végétalisé, mais pas de l'acanthe.
Couronne avec un rinceau d'angelots très soigné.
ANNO J814 * ME FUDIT * LOVANII * Main avec index * ANDREAS VANDEN GHEYN *
PAR LE SOIN DE F:H:COPPIN, CURE DE MOUSTY, REPAREE ET AUGMENTEE, SERVANT POUR CLOCHE DECIMAL DUDIT MOUSTY.

Il s'agit d'une cloche Andreas Lodewijk Vanden Gheyn (1758-1833), fils d'Andreas Josephus Vanden Gheyn. Il est le dernier à porter le nom des Vanden Gheyn. Il semble avoir été assez souvent basé à Nivelles, ce qui a quelque chose de logique pour l'emplacement de cette cloche. Il est le grand-père de Severin Van Aerschodt.

Le décimateur était, sous l'Ancien Régime, celui qui avait le droit de lever la dîme : impôt en nature prélevé par l'Eglise sur les productions agricoles. Une des charges du gros décimateur était de fournir, placer et entretenir la grosse cloche, qu'on appelait pour ce motif cloche décimale.

Vous pouvez écouter le tintement des trois cloches ci-dessous :





La cloche Slegers 1.


La cloche Slegers 2.


Cloche Vanden Gheyn.


Les rinceaux de la Vanden Gheyn.


La figure de vierge à l'enfant.


Les rinceaux de la Slegers 2.

Analyse des harmoniques de la cloche Vanden Gheyn :
Hum : 190 Hz. Prime : 374 Hz. Tierce : 466 Hz. Nominal : 777 Hz. Superquint : 1170 Hz. Oct nom : 1617 Hz.
Prime : F#1 +18.

Analyse des harmoniques de la Slegers 1 :
Hum : 210 Hz. Prime : 435 Hz. Tierce : 435 Hz. Quint : 665 Hz. Nominal : 847 Hz. Superquint : 1272 Hz. Oct nom : 1756 Hz.
Prime : A(1) -19.

Analyse des harmoniques de la Slegers 2 :
Hum : 232 Hz. Prime : 483 Hz. Tierce : 435 Hz. Quint : 550 Hz. Nominal : 916 Hz. Superquint : 1369 Hz. Oct nom : 1885 Hz.
Prime : B(1) -38.

L'église Saint-Remi d’Ottignies

Un grand merci à monsieur Pierre Welsch pour son accueil et pour la documentation historique.

Le clocher d’Ottignies comporte deux cloches. Par le passé, il en contenait trois, deux Andreas Vanden Gheyn et une non identifiée. Il peut paraître probable que la troisième était une identique, mais comme l’enlèvement provient probablement des campagnes de guerre françaises, nous n’avons pas trace écrite. Aujourd’hui, le clocher comporte 2 cloches. Le beffroi comporte donc un espace vide.

Cloche 1 – Il s’agit de la cloche la plus aiguë. C’est une Vanden Gheyn, datant de 1785. C’est donc une cloche d’origine, étant donné que l’église Saint-Remi a été bâtie à cette date. La dédicace comporte au cerveau : Appartient à la communauté d'Ottignies. Vanden Gheyn et Al. son fils, associés, m'ont fondue à Nivelles. An. D. 1785. Sur la pince : Messire Guillaume François, Vicomte de Bertout - Le seigneur Charles Albert Cornet, Bailli.
Aujourd’hui, cette dédicace n'est plus lisible, la cloche est recouverte de guano.
C'est donc une Vanden Gheyn à deux fondeurs. Elle a été fondue par Andreas Josephus Vanden Gheyn (1721-1793), avec son fils en écolage, Andreas Lodewijk Vanden Gheyn (1758-1833).

Les rinceaux sont fins et d’un assez bel esthétisme. Ils ressemblent trait pour trait à la cloche de Mousty. Par contre, le nom Vanden Gheyn n’est pas marqué de la même manière.
Les anses sont très carrées et ressemblent beaucoup à des Michiels, ce qui m’a d’ailleurs valu une confusion. Cette cloche ne possède pas de figure. Le battant est à boule, fort usagé. Le baudrier est neuf (remplacé la semaine d’avant par Clock-O-Matic, qui assure l’entretien).

Cloche 2 : Il s’agit de la plus grave. C’est une Causard. Elle date de 1949. C’est une cloche qui a été ajoutée après les enlèvements de guerre, ce qui a donc provoqué la disparition d’une Van Den Gheyn. Dans l’ensemble, c’est une cloche qui est très proche de la facture des autres Causard et Slegers : anses très travaillées, épigraphie avec une police d’écriture un peu particulière (elle ressemble à une onciale modernisée).
La dédicace comporte à la faussure : Anno 1949 fusa, locum teneo campanae anno 1785 positae, anno 1943 autem ablatae, parochia sum S. Remigii in ottignies. Laudo deum verum, plebem voco, defunctos ploro, pestem fugo, festa decoro, liberationem pacemque celebro. Patrinus Camillus Haulotte. Patrinae Rita de Thomaz de Bossière. Marie Stiernet.
La traduction correspond à : Fondue en l'an 1949, j'ai pris la place de celle qui m'avait précédée en 1785 mais qui avait été enlevée en 1943, j'appartiens à la paroisse de Saint-Remi à Ottignies. Je loue le vrai Dieu, j'appelle le peuple, je pleure les morts, je fuis la peste, j'agrémente les fêtes, je célèbre la libération et la paix. Parrain : Camille Haulotte. Marraines : Rita de Thomaz de Bossière, Marie Stiernet.

Le battant est thermoforgé. Le baudrier est en bon état. Cette cloche tinte les heures et les demies heures. Etant donné l’état de la cloche, je n’ai pas pu en lire l’épigraphie. Les rinceaux sont eux aussi à peine lisibles. Il semblerait qu’il s’agisse de cygnes, assez élancés. Ce type de rinceau serait à comparer avec des cloches propres. Cela semble de valoir le coup, malgré la saleté, ils semblent jolis.

A propos du clocher : le problème majeur est le pigeon. Ils ont détruit les grillages de protection. Ils sont assez doués pour ça, ils font par petites touches, mais ils s’y mettent tous les jours. Il y a un nombre très important d’adultes, de jeunes et d’œufs, des cadavres et une assez forte épaisseur de guano. Certaines zones du beffroi sont corrodées, le sol est parfois en piteux état. Un traitement va s’imposer et la fabrique d’église est en train de s’y pencher dans un certain cadre d’urgence. En ce qui concerne les cloches plus spécifiquement, le problème est l’agression du bronze par la forte couche résiduelle de fientes. Un nettoyage va s’imposer.

Les photos se concentrent surtout sur l’aspect campanaire. La diversité de ces cloches a permis, par la corroboration de tessitures de différentes époques, la réalisation de l’étude sur le son d’une cloche.

Analyse des harmoniques de la Vanden Gheyn :
Hum : 175,5 Hz. Prime : 379 Hz. Tierce : 425 Hz. Quint : 558,5 Hz. Nominal : 712 Hz. Superquint : 1066 Hz. Oct nom : 1471 Hz.
Prime : F#1 +41.

Analyse des harmoniques de la Causard :
Hum : 206,5 Hz. Prime : 385 Hz. Tierce : 481 Hz. Quint : 612,5 Hz. Nominal : 803 Hz. Superquint : 1202 Hz. Oct nom : 1658 Hz.
Prime : G(1) -31.

Bibliographie :
- André Léger, la paroisse Saint-Remi d'Ottignies, 1785-1985.

Vous pouvez écouter ci-dessous le tintement de quinze heures :


L'église d'Ottignies.


La dalle funéraire de Guillaume-François Bertout de Carillo (1738-1810), ancien seigneur d'Ottignies. On le retrouve comme parrain de la cloche Vanden Gheyn. La dalle représente un sablier ailé, une représentation
du temps qui passe. Dans le même style, vous pouvez regarder cette image prise par Vincent Anciaux à Givet. C'est un tombeau comportant un sablier ailé. C'en est un fameux ! Il ne manque pas de charme.


Les chaînages sont tous en grès ferrugineux de Wavre.


Nous allons maintenant monter au clocher.


Une nouvelle échelle a été installée, car l'ancienne est un peu fatiguée !


La cloche Vanden Gheyn.


La charpente de la flèche.


La cloche Causard.


SUITE >