Tchorski--------------------------------------
Tchorski
Le carillon de Namur (2/5)

 


Elle est un peu simplifiée par rapport aux Causard, mais reste tout de même très détaillée.


Une figure de christ en croix.


Les clochettes sont fixées sur la charpente par gain de place.


Certaines poutres ont été rognées pour le passage de la tringlerie. Heureusement, ces poutres ont été remplacées par de nouvelles, afin que la structure ne soit pas fragilisée.


Les battants à poire sont des Clock-O-Matic, les battants à pomme sont des Paccard.


Ici, on voit bien la structure du feuillard de rappel.


Une cloche Andreas Van Aerschodt. Comme souvent chez lui, les anses sont assez personnelles.
Ici, ce sont des visages d'anges. L'anse double est un luxe car cette cloche est assez petite.


Sur celle-ci, c'est le décor qui est particulier.


Il s'agit de Saint-Roch. Il est toujours mentionné avec son chien, car il en est inséparable. Selon Wikipedia : Il est le patron des pèlerins et de nombreuses confréries ou corporations : chirurgiens, apothicaires, paveurs de rues, fourreurs, pelletiers, fripiers, cardeurs, et aussi le protecteur des animaux. Son culte, très populaire, s'est répandu dans le monde entier. (...) Saint-Roch finit par attraper une maladie, il se retira dans une forêt près de Plaisance pour ne pas infecter les autres. Seul un chien vint le nourrir en lui apportant chaque jour un pain dérobé à la table de son maître. Ce dernier, intrigué par le manège de l'animal, le suivit en forêt et découvrit le saint blessé, qu'il put ainsi secourir. (...) On reconnaît saint Roch à son bâton qu'il tient à la main. Parfois, il porte une besace, le chapeau et la cape de pèlerin. Il relève un pan de sa cape pour faire voir la plaie qu'il a à la jambe.


Les cloches de volée sont en rétro-mitigé, ou bien en rétrograde à joug arqué (?).


Le marteau de la ritournelle automatique.


Les anses des Slégers sont toujours ouvragées.


Sur cette ALJ Van Aerschodt, le rinceau est composé d'angelots. Une main indique le nom du fondeur, ce qui est récurent dans son épigraphie (c'est d'ailleurs à la limite d'être un point de reconnaissance, car jusqu'ici,
je n'ai vu ça ailleurs que sur une Felix Van Aerschodt).


Bien qu'usé, c'est un beau décor.

SUITE >