Tchorski--------------------------------------
Tchorski
Le carillon de Namur (1/5)

Il s’agit d’un documentaire sur le carillon de Namur. C’est l’un des carillons les plus sombres que j’ai pu voir jusqu’ici. De ce fait, les photographies ont été réalisées soit en pause très longues, soit à l’aide d’un spot. Ce n’est pas un fonctionnement traditionnel. Cela influe assez fortement sur le résultat, qui n’est de toute évidence pas celui d’un lieu très coloré. Cependant, le carillon de Namur vaut l’enquête, ne serait-ce que pour son originalité. C’est effectivement un instrument en majorité Paccard, ce qui est extrêmement répandu en France, mais plutôt peu courant en Belgique.

Un très grand merci à Thierry Bouillet pour l’accueil, y compris pendant la tempête du 14 juillet 2010… Merci à Olivier Decerf pour le trajet, Luc De Vos pour les conseils, Marie-Hélène Maréchal pour sa présence.

Le carillon est situé à proximité de la cathédrale Saint-Aubain. Il n’est pas à proprement parler dans la cathédrale, mais dans une tour campanile située derrière le dôme. Cette tour est l’une des parties les plus anciennes de la cathédrale. Ce carillon est séparé en deux parties. Les grosses cloches, comprises dans des systèmes de volée, sont dans une salle en dessous de la cabine. Les petites cloches sont situées au dessus de la cabine. Cela pose des difficultés pour les enregistrements, comme à la cathédrale de Liège ou comme à Wavre. L'idéal est de disposer de deux enregistreurs.

Les cloches sont des Paccard, Slégers, ALJ Van Aerschodt, Josephus Vanden Gheyn.
- La cloche anonyme datée de 1670, parfois mentionnée, n'a pas été localisée. Je suis à peu près persuadé qu'elle a été refondue, elle est en tout cas introuvable dans le carillon.
Le carillon comprend donc 49 cloches :
- 1 cloche est une Andreas Josephus Vanden Gheyn de 1780.
- 8 cloches sont des Andreas Van Aerschodt de 1840-1857.
- 5 cloches sont des Slégers de 1930-1932.
- 35 cloches sont des Paccard. Elles datent de 1981 et 1983. La partie de 1983 comprend trois cloches, elles sont un travail mené par Jacques Sergeys et Paccard. Deux ont été ajoutées récemment (14 et 13 kilogrammes, probablement en 2009) pour compléter le carillon à 49 cloches.
6 de ces cloches servent à la volée. A noter que pour compliquer le tout, 2 cloches servent à la volée dans la salle du haut, ce sont donc uniquement 4 cloches de volée qui sont placées dans la salle du bas. A cela est ajouté une cloche de timbre. Cette cloche est immobile donc, ne part pas en volée, et est placée dans la salle du bas, au dessus de l'escalier.
L'angelus est tinté sur la Paccard-Sergeys, l'heure sur la Slégers, la volée ordinaire s'effectue dans la salle du haut, sur une Van Aerschodt.

Les cloches de carillon sont placées dans une structure métallique. Certaines de ces cloches (les plus petites) sont directement accrochées sur les poutres de charpente. Ca produit un enchevêtrement assez important et du côté tringlerie, ce n’est pas facile à gérer, il y en a un peu de partout… En attendant, la tour est propre, il n’y a pas de présence de pigeons. C'est très important !

Une ritournelle automatique est jouée tous les quarts d’heure. Elle est commandée par une Apollo II de Clock-O-Matic. Les mélodies sont titées par des marteaux à système électro-magnétique Clock-O-Matic. C’est un système fort répandu.

La véritable originalité, ce sont donc les cloches Paccard. Elles possèdent comme épigraphie un lettrage simple de lettres romaines et un rinceau assez petit en dimension, mais par contre très soigné. Il s'agit d'un méli-mélo de roses. Les feuilles sont précises et les nervures sont bien tracées. On le verra plus loin dans les photos, c'est un décor de qualité. Seules les 3 cloches de identifiées sous le terme Paccard-Sergeys ont des décors différents, il s'agit de vasques végétales de fruits et un entourage de feuillage. Bien que de plus grande taille, ce type de décor est tout aussi soigné. Les anses sont sans décoration, elles forment un angle assez brusque sur le haut et la partie sommitale est totalement horizontale. Cela semble récurrent dans la fabrication des anses Paccard. Afin de préciser le propos, Sergeys a calculé les cloches et Paccad les a fondues.

Nous allons parcourir le carillon et découvrir chacun de ses aspects...

Bibliographie :
- Cathédrale Saint-Aubain de Namur, histoire des cloches et du carillon.
- The Guild of Carillonneurs in North America - Index to carillons and chimes by Vanden Gheyn.

Pour commencer la découverte, vous pouvez écouter Thierry Bouillet jouer au carillon de Namur ci-dessous :



La cathédrale

Quelques heures avant le départ, j’appelais Thierry afin de lui demander si nous maintenions la visite. En effet, je venais de recevoir un e-mail d’alerte du gouvernement de la province du Brabant-Wallon, informant d’une forte tempête.
- Dis, tu vois quelque chose toi à Namur ?
- Euh, je suis à Andenne, mais ça va, il n’y a rien.
- Bon, on maintient alors…

Nous prîmes les départ avec Olivier, car pour lui Namur était de toute façon la route du retour. Une fois arrivé à hauteur de Thorembais, l’orage fit son apparition. On voyait des nuages très noirs rouler sur les champs, c’était impressionnant. C’est finalement à l’entrée de Namur que nous sommes entrés dans le creux de la tempête. C’était un déluge. On ne voyait plus très bien où on allait. D’énormes rafales terrassaient les arbres, les gens courraient. Assez impressionnés, nous stoppâmes notre course à l’entrée de la cathédrale Saint-Aubain, où je courrai à l’intérieur de l’église.

A l’intérieur, probablement à cause du grand espace et surtout du vaste dôme, la résonance était énorme. Ca grondait de toute part, le son de l’orage se répercutait, cela faisait un roulement de tambour de tous les enfers réunis. Attiré par un bruit d’eau, je me rendis compte qu’il pleuvait dans l’église et tout particulièrement sur un tableau. Je déplaçai tout cela dans l’obscurité à grande hâte.

Quelques instants plus tard, après avoir trouvé le sacristain, la situation fut arrangée avec quelques moyens de fortune dérisoires, mais qui s’avérèrent efficaces. Etant un peu en avance, je m’assis donc et attendis l’arrivée de Thierry Bouillet. L’orage continuait de gronder et de tonner. La seule chose dont je ne m’étais pas rendu compte, c’est que le sacristain m’avait enfermé dans la cathédrale. Lorsque Thierry m’appelât, ce fut pour lui répondre, pas de soucis, mais je suis enfermé à double-tour dans l’église !

Probablement par coïncidence, un sacristain fou furieux vint me trouver quelques instants plus tard pour me mettre dehors, sans nul doute avais-je fait sonner l’alarme. Il faut dire que sa présence m’arrangeait bien, étant donné que je n’avais pas prévu le sac de couchage pour passer la nuit ! Peu de temps après, nous montions enfin dans le campanile. La situation était incroyable. Il avait tellement venté et tellement plu que la colère de l’orage était remontée par les abat son. Les cloches étaient trempées. De plus, il faisait si sombre qu’il ne fallait pas espérer prendre une photo. L'expérience fut bien vite avortée !

De retour vers la gare, le grand hall était noir. Il n’y avait plus de courant. Des centaines de gens attendaient, un peu désespérés. Plus aucun train en circulation, la tempête avait été brève mais intense, entraînant une situation désastreuse sur le réseau. Il aura fallu trois heures pour rentrer à la maison. Ce n’est pas grave. Bien des gens vivent des situations pires. Ce n’est qu’une question de patience. La visite au carillon fut remise à plus tard. De retour à la maison, j’apprenais que la tour de la collégiale de Ciney s’était effondrée.

C’est une drôle d’aventure tout de même de se retrouver enfermé dans une cathédrale durant un orage qui met par terre d'autres églises si belles au passage…


Le jour de la tempête, le paysage est méconnaissable.


Dans l'église, ça gronde, ça tonne, ça grogne. Les grondements se répercutent loin en hauteur.


Le lutrin.


Le très beau dôme.


Il y a un endroit où il pleut dans la cathédrale...


Se faire enfermer dans une église est une drôle d'histoire. Cette photo en est témoin, seul avec les anges...

La tour-campanile


Le campanile est le reste partiel de l'ancienne cathédrale. Le carillon est au sommet.


Thierry au clavier.


Le clavier et sa tringlerie.

Vous pouvez regarder Thierry Bouillet jouer au carillon ci-dessous :

 


La salle haute


Le carillon est situé sous les pans de toiture de la petite flèche.


Le beffroi est métallique.


Les petites cloches sont difficilement accessibles.


Sur cette cloche Slégers de 1952, ce sont les armes d'un évèque (présence du chapeau de sinople et de 6 x 2 glands). Vu la date et le type d'armoirie, nous supposons qu'il s'agit du blason d'André-Marie Charue. La partie du bas correspondrait à sa devise : Christum oportet crescere.


Le décor de pince, assez chers aux Causard ainsi qu'à Georges Slégers.


Une décoration néo-gothique.

SUITE >