Tchorski
Tchorski
Les écuries Louis XIV (1/2)


Une draperie de toiles d'araignées sur une poignée de fenêtre.

Il s’agit d’un petit documentaire sur les écuries du château de Maintenon.
Le terme écurie peut porter à confusion, étant donné que les vraies écuries se trouvent dans l’aile nord-ouest. Nous déduisons qu’il s’agit d’une écurie à cause des installations encore présentes à ce jour pour le nourrissage des chevaux. Il semble cependant, au vu des graffitis anciens présents sur les murs, que ces lieux aient aussi servi de buanderie. Ce document a pour but de mettre en valeur les graffitis anciens. Aucun document ne vient attester que ces bâtiments sont classés. Un projet immobilier pourrait éventuellement viser à leur démolition. Vu le très mauvais état de ces édifices, le but a été de garder une trace des graffitis présents.

Le site s’organise en trois bâtiments distincts, situés le long de la rue de la Ferté, en face de la rue du Moulin. Un quatrième bâtiment existe le long de la rue Sadorge, mais il n’a aucun intérêt patrimonial. Les trois édifices décrits ici sont situés de part et d’autre d’un ancien portail donnant accès aux jardins du château de Maintenon.

Les deux premiers bâtiments, situés au sud, sont de facture résidentielle. Le bâtiment situé au nord est celui qui possède une vocation d’écurie. Ce dernier bâtiment est le plus dégradé des trois. Cela est très probablement dû à son ancienneté. Il semble en effet contemporain du château, tandis que les autres pourraient être postérieurs. Ce bâtiment possède de belles arches, en matériaux divers : des briques, de la pierre de taille, du torchis. Divers éléments présents dans les habitations laissent à penser que ces lieux ont été victimes de squats. En effet, les pièces sont laissées dans un état déplorable, une expulsion des personnes aurait pu avoir lieu en 2006. C’est en tout cas la date des derniers courriers trouvés.

La surprise provient du fait qu’un graffiti signé Victor Hugo a été localisé sur un chambranle de porte. Quelques indices font penser que celui-ci pourrait être authentique. Premièrement, la signature correspond bien au niveau graphie, notamment au niveau des majuscules V et H. L’écriture quant à elle correspond moins bien. Un doute existe, la citation est placée fort en hauteur. Était-ce plus difficile d’écrire ? Une autre chose est étonnante, cette citation n’existe pas, ou en tout cas n’est pas connue chez Victor Hugo. Il s’agit d’une déformation d’un proverbe arabe. Alors, Victor Hugo est-il venu à Maintenon ? On connaît sa manie de laisser des petits mots dans les endroits qu’il visite. Ici, on peut se permettre de rêver…

Nous allons donc traverser le jardin du château et visiter ces quelques presque-ruines.


 Vous pouvez écouter l'ambiance aux abords de ce lieu ici :


Il s'agit de ce groupe de bâtiments.


Cette habitation a l'aspect le plus récent.


Les fenêtres des écuries. De tout temps, j'ai connu ce lieu abandonné.


Le jardin du château. Il s'agit d'une partie expropriée et actuellement abandonnée suite à un litige.


Fenêtre sur jardin.


Le grenier de l'écurie.


Les pilastres sont ornementées de jolies sculptures en pierre de taille.


Les voussettes sont réalisées en brique, ce qui est fréquent dans cette région.


Vue d'une pièce d'écurie.


Alignement de voûtes.


Il dort de beaux anciens landaus.


Détail sur une auge de l'écurie. Elle est en bois, sur maçonnerie de torchis renforcée de plâtras. Les anneaux sont en acier et ne tiennent plus beaucoup à l'armature.


Les escaliers sont surprenants. La rampe est faite avec un demi-tronc d'arbre parfaitement lissé.


Une tête de lit ?


Un balcon sur lequel il ne vaut mieux pas s'appuyer !


Nous allons passer derrière et apprécier les graffitis.


31 décembre 1919. J'ai ramassé une pelle sur la place au bas de la pompe, mais pas à incendie, par un temps de verglas, car il avait tombé de l'eau et gelé par dessus. Tous les membres ankylosés - (?) une ouvrière repasseuse sur le pont du château.

SUITE >