Tchorski
L'industrie extractive en Bourgogne (5/6)

 


Les locaux sont utilisés pour du stockage, du vandalisme ou du paint-ball.

Decize, UCD

Alors que nous étions en transit et en route vers le centre Decize, notre regard fut attiré - à vrai dire complètement happé - par cette belle usine aux couleurs rugissantes de l'automne. Il s'agit des anciennes usines céramiques de Decize. Ce lieu est partiellement reconverti et accueille aujourd'hui un fabricant de carrelages. La production concerne du grès cérame porcelainé et une unité de grès émaillé incrusté.

Cette usine a été créée en 1897 par Joseph Boigues. Ce jeune entrepreneur avait alors 22 ans ! Il a repris la vieille tuilerie de Brain et en a fait ce que nous connaissons aujourd'hui. En effet, les locaux ont très peu changé depuis la fermeture. D'après le site de Pierre Volut, histoiresdedecize.pagesperso-orange.fr (au passage, un superbe site très bien documenté) : Passionné de mécanique, il a installé entre 1924 et 1927 une salle des machines très performante. A la suite de la crise économique des années 1936-1937, l’Usine Céramique de Decize s’est trouvée en concurrence avec les entreprises de Beauvais, d’Auneuil et de Paray-le-Monial. Lors de l’occupation, l’usine a été quelque temps au service des Allemands. En 1942, Joseph Boigues s’est associé avec Henri Ménard afin de relancer la production.

Nous découvrirons très peu de cette usine, car je n'ai pas réussi à trouver le propriétaire. Ce seront donc obligatoirement un aspect réduit...


La vigne vierge sur le château-d'eau, un monument de beauté.


Pareil pour la cheminée !


Probablement l'ancien siège administratif.


Avec sa belle horloge, comme au temps passé.


Les cheminées sont impressionnantes.


Elles élancent leur grand cou de girafe vers le ciel.

Autun, Saint-Pantaléon, Les Télots

C'est une ancienne exploitation de schistes bitumineux, située à Saint-Forgeot - Saint-Pantaléon, près de la ville d'Autun. En 1998 ou 1999, de retour d'Ardèche, j'étais tombé sur ces deux terrils. Le paysage d'hiver était alors très glauque. Aujourd'hui, il ne reste plus grand chose de compréhensible de cette exploitation, un énorme démantèlement a eu lieu. Pourquoi les dernières installations ne sont pas démolies ? A ce jour le site n'a pas changé, si ce n'est qu'il y a beaucoup de végétation et... beaucoup de déchets aussi...

Ouverte en 1824, l'exploitation avait pour but l'extraction de bitumes. Après une cuisson a assez faible température, il était produit une huile minérale assez proche du pétrole. On l'appelait « huile de schiste » et elle était principalement destinée à l'éclairage. L'usine a fermé en 1957.

L'aspect le plus marquant de cette exploitation, ce sont les deux superbes terrils. C'est à tel point qu'un groupe de pression s'est créé sur Facebook pour que Dim, installé à Autun, offre un soutien-gorge géant aux deux mamelles de schiste. Ouh là là !!


Au loin, les deux cimes dépassent.


Derrière les petits jardins jadis ouvriers, la cheminée de craquage.


L'un des deux châteaux-d'eau.


L'installation restante du silo.

SUITE >