Tchorski
Tchorski
La mine d'argent (1/4)

Cette mine a connu une exploitation fulgurante. Le minerai a été très rapidement extrait de panneaux exploités en fronts communs. En voyant le type d’extraction, on pourrait presque penser que c’était réalisé sans soin. Des photographies anciennes montrent des chargeurs sans filtration, des hommes sans masques ou protection auditives. Ca devait être quelque chose, surtout quand on connaît la nocivité de tout cela, d’autant plus renforcée par le minerai relativement dangereux pour la santé.

La mine s’organise autour d’une grosse tour d’extraction sans charme. Ce qui est incroyable, c’est qu’ils ont gardé cette moche tour et ont démoli un superbe chevalement. Tout va bien… La majeure partie de la mine serait noyée à ce jour. C’est très dommage mais mis-à-part de boire beaucoup, ce n’est pas quelque chose qu’on peut changer ! Quelques panneaux sont visitables. Ce ne sont probablement pas les plus intéressants, mais ils donnent déjà un assez joli aspect de ce que c’était la mine. Nous n’avons pas pu constater la présence du noyage à chaque quartier parce que les panneaux ne sont pas forcément interconnectés.

Comme points retenant l’attention, on peut noter la présence de nids d’abeilles. C’est une technique des années 50 qui est relativement rare. Cette exploitation était en trackless, donc aucune présence de rail, de train, de trolley, etc. Tout était au diesel et sur pneumatiques. Ca fait un charme en moins. Il y a une longue galerie de roulage, étayée de cintres esthétiques. Ca rajoute tout de suite un petit quelque chose. Autrement, les quartiers d’exploitation peuvent être à certains moments plutôt jolis, surtout quand ils sont noyés ou que des rivières de calcite les inondent.

Les points désagréables, à la limite du nocif, sont les odeurs de créosote et la crasse de diesel. Les traverses ont été lourdement traitées à la créosote et cela abreuve la mine d’une drôle d’odeur entêtante. Quant au diesel, un gros ventilateur a pulsé des années de crasse, ce qui fait que les géogrilles sont recouvertes de 2 centimètres de poudre noire graisseuse, c’est tout un programme !

Malgré ces inconvénients, c’est un beau témoin de mine récente et rien que pour cela, ça vaut largement le coup d’en parler.

Vous pouvez écouter la mine ci-dessous.

Pissouille minière. (1:28)
Tuyau démentiel. (3:44)
Pissouille bizarre. (2:26)
La montre. (2:44)
Exploration. (9:26)

 
Le récit amusé de notre séjour dans les Alpes.


L'environnement est bucolique.


La mine l'est moins ! Ca sent la créosote et le gros diesel.


Le 'tout au bout' de la galerie de roulage, travers-banc d'entrée.


Ce travers-banc est superbe.


Une porte massive.


Là soudainement, on comprend mieux la dimension !


La suite du roulage.


Fermez la porte !


La fin du roulage, vers un atelier diesel.

SUITE >